Notre Forum

Mardi 4 décembre 2018

Aller en bas

Mardi 4 décembre 2018

Message par Ives le Mar 4 Déc - 6:12

Mardi 4 décembre 2018


     
01
     
02
     
03
     
04
     
05
     
06
     
07
     
08
     
09
     
10
     
11
     
12
         
2017
     
2018
     
2019
     
2020
     
2021
     
2022
     
2023
     
2024
     
2025
     
2026
     
2027
     
2028
     
2029
     
2030
     
2031
     
2032
     
2033
     
2034
     
2035
     
2036
     
2037
     
2038
     
2039
     
2040
   


Décembre 2018
Sa1(335)
Di2(336)  (48)
Lu3(337)
Ma4(338)
Me5(339)
Je6(340)
Ve7(341) 
Sa8(342)
Di9(343)  (49)
Lu10(344)
Ma11(345)
Me12(346)
Je13(347)
Ve14(348)
Sa15(349) 
Di16(350)  (50)
Lu17(351)
Ma18(352)
Me19(353)
Je20(354)
Ve21(355)
Sa22(356) 
Di23(357)  (51)
Lu24(358)
Ma25(359)
Me26(360)
Je27(361)
Ve28(362)
Sa29(363) 
Di30(364)  (52)
Lu31(365)

Les calendriers 2019 sont en ligne
(suivre le menu Calendriers à imprimer)
Dicton du jour
 Qui est Sainte-Barbe,
Qui est Noël,
Qui est Noël,Qui est l'an
Fêtes du jour
Ste-Ada (Adrehilde)Nièce de Saint-Engelbert. Après plusieurs années passées comme religieuse au monastère Sainte-Marie de Soissons, elle est élue abbesse de l’abbaye Saint-Julien du Pré au Mans (VIIe siècle)
Adnette(Fête au calendrier)
Adrehilde(Fête au calendrier)
St-Annon de CologneFils du chevalier Gautier (Walter) de Steutzlingen et de son épouse Angèle (Engela), un couple très pieux originaire de la Souabe. Il se destine d’abord à la carrière militaire mais change bientôt d’avis et sur les conseils de l’un de ses oncles, chanoine à Bamberg, il quitte le monde pour s’engager dans la vie religieuse. Après avoir complété des études en théologie et en littérature, il est ordonné prêtre. Gravissant rapidement les échelons, il acquiert bientôt une renommée telle qu’il est bientôt appelé à la cour de l’empereur Henri III, qui le nomme archevêque de Cologne en 1056. Huit ans plus tard, Henri III décède et Annon devient tuteur du jeune Henri IV, après avoir réussi à évincer sa mère, l’impératrice Agnès. En 1066, le jeune prince devenu majeur reprend le pouvoir et chasse Annon, dont il ne supporte plus l’autorité. Annon réussit cependant à revenir durant une courte période, avant d’être évincé à nouveau. Il délaisse ensuite graduellement les affaires politiques pour fonder plusieurs abbayes dans la région de Cologne et soutient le pape Alexandre II dans le conflit qui l’oppose à l’antipape Honorius II. Lorsque sa santé commence à décliner, Annon se retire au monastère de Siegberg, où il passe les dernières années de sa vie dans la prière et la pénitence (1010-1075)
Barbara(Variante de Barbe)
Ste-BarbeFille de Dioscore, un riche païen de Nicomédie (d’autres auteurs mentionnent Antioche ou encore Héliopolis). Pour protéger sa fille, qui est devenue très belle en grandissant, il la maintient enfermée dans une sorte de forteresse pourvue de tout le confort (y compris d’une piscine), et l’autorise à recevoir seulement les visites de plusieurs tuteurs qui lui enseignent la philosophie et la poésie. Cependant, plus elle acquiert de connaissances plus elle s’éloigne des dieux de son père, et elle finit par devenir secrètement chrétienne. Puis vient le temps où son père désire la marier, mais elle refuse tous les prétendants qui lui sont présentés. Croyant qu'il la fera changer d'avis s'il s'éloigne d'elle, son père décide de quitter la maison pour partir en voyage. C'est pourtant l'inverse qui se produit puisque Barbe profite plutôt de l'absence de son père pour se faire baptiser par Valentinien, un disciple d’Origène avec qui elle échange une correspondance régulière. Et comme si cela n'était pas suffisant, elle entreprend ensuite de détruire toutes les représentations d’idoles païennes qui se trouvent dans la maison. Lorsqu’il rentre de voyage et qu’il découvre que sa fille est devenue chrétienne, le père entre dans une terrible colère et la dénonce aux autorités, qui lui ordonnent d’exécuter sa fille. Elle est finalement soumise au supplice puis exécutée, ce qui vaut à son père d’être instantanément frappé de la foudre (+ 235) Sainte-Barbe est l’une des Quatorze Saints Auxiliateurs, particulièrement vénérés en Allemagne et réputés pour leur grande efficacité. Elle est plus particulièrement la patronne des vendeurs et installateurs de piscines, des professionnels de tous les métiers de la construction (maçons, charpentiers, tailleurs de pierres, etc.), des tailleurs, des prisonniers, des mineurs de fond, des ingénieurs militaires, des mathématiciens, des chapeliers, des fossoyeurs, des géologues, des pompiers, des professionnels qui travaillent avec des explosifs (feux d’artifices, dynamite, etc.), des brasseurs, des artilleurs et des architectes. Elle est invoquée contre les incendies, les explosions et les orages, pour éviter d’être frappé par la foudre ou pour ne pas périr dans l’effondrement d’une mine. Le culte de Sainte-Barbe a été supprimé en 1969. 
Source de l’image : Catholic Forum
Barberine(Fête au calendrier)
St-OsmondFils du comte Henri de Sées (Orne), il succède à son père lorsque ce dernier décède. Il rejoint ensuite les troupe de Guillaume le Conquérant, qu’il accompagne ensuite en Angleterre et dont il devient le chapelain. Il entreprend ensuite des études en administration et en gestion et est ensuite nommé successivement chancelier, évêque d’Exeter et enfin évêque de Salisbury, en 1078. Parallèlement à ses responsabilités politiques, il administre avec sagesse la cathédrale qu’il a fondée à Sarum et consacre aussi une grande partie de son temps à la lecture, à l’écriture et même à la reliure. Il est notamment l’auteur d’une biographie de Saint-Aldhelm, qu’il admirait et dont il réussit à obtenir un os du bras (+ 1099) Saint-Osmond est le patron des personnes souffrant d’une maladie mentale. Il est invoqué pour soulager les maux de dents.
St-Siran (ou Cyran)Fils d’un noble du Berry, il est envoyé à Tours pour y étudier les lettres. Avec la protection d’un noble nommé Flaochad, il entre à la cour du roi Clotaire II (ou Thierry II), mais il n’y demeure pas très longtemps, préférant se consacrer à la vie religieuse. Ordonné prêtre, il devient ensuite archidiacre. Quelque temps après, il fait la connaissance d’un évêque irlandais nommé Falvius, qui effectue une halte à Tours pour se recueillir sur le tombeau de Saint-Martin avant de poursuivre sa route vers Rome. Lorsque Falvius repart, Siran décide de l’accompagner. Il revient ensuite en Gaule et avec l’aide de Flaochad il fonde un premier monastère à Méobecq (Indre), qui est bientôt suivi par un second qui est installé à Longoritus, à 20 kilomètres de là, et qu’il place sous la règle de Saint-Benoît et dont il devient l’abbé. Cependant, il est bientôt victime d’une cabale de ses moines et il décide de quitter le monastère pour repartir sur les routes, évangélisant les populations qu’il rencontre au passage. Il se rend ainsi jusqu’à Toulouse, où il demeure quelque temps avant de décéder peu après avoir repris la route (VIIe siècle)
St-ThéophanesOfficier de la garde impériale de Léon IV le Khazar, à Byzance (Constantinople). Accusé de trahison, il est arrêté en compagnie de plusieurs autres officiers (Papias, Stratégios, Thomas, etc.) puis emprisonné. Soumis à de mauvais traitements, il décède tandis que ses compagnons survivent et deviennent moines (+ 780)




 
Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter. Mais s'il n'en a pas s'inquiéter ne sert à rien
http://www.meilleurduweb.com/index.php?id=273235        
http://ives.boosterforum.com 
 http://yvesengelen.boosterforum.com
avatar
Ives
Admin

Messages : 5446
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 68
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mardi 4 décembre 2018

Message par Ives le Mar 4 Déc - 6:13

Paul Lefèvre, dit Paul Géraldy

Quelques mots sur l'auteur :


Écrivain, poète et dramaturge français né le 6 mars 1885 dans le 18e arrondissement de Paris, Paul Lefèvre-Géraldy, dit Paul Géraldy, est décédé le 10 mars 1983 à Neuilly-sur-Seine à l'âge de 98 ans. Ses principales œuvres sont Toi et moi (1912), et Vous et moi (1960).
Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.



[size=11]12
[/size]

Les 47 citations de Paul Géraldy :

 Malgré que nous vivions ensemble depuis dix ans, il peut y avoir beaucoup de choses qui nous touchent de près, de très près, que nous ne nous soyons pas dites. S'aimer, ça ne signifie pas seulement vivre en bons camarades, sans se disputer, sans se faire de scènes... Ça veut dire... beaucoup d'autres choses... qu'il serait bon de vérifier de temps en temps. Oh ! je sais bien que nous nous disons tout, mais, vois-tu, à force de se dire tout, on ne se dit plus rien. Réfléchis. Il y a combien de temps que nous n'avons eu une vraie conversation, sérieuse ? 
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

 Recommencer sa vie sur un nouvel amour, c'est recommencer toute une jeunesse ! 
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.

 La plupart des femmes sont tendues vers les hommages. Il s'exhale d'elles une attirance, une sorte de parfum d'amour. On les sent plus ou moins vacantes. 
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

 Ne rien désirer, ce n'est pas vivre ! mais désirer, ce n'est pas être heureux. 
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

 C'est une jolie chose qu'une jolie femme ! 
Paul Géraldy ; La Guerre, Madame... (1916)

 Mais la guerre ne désunit que les couples assemblés par quelque hasard imbécile. L'absence est l'occasion ; elle n'est pas la cause. Peut-être fait-elle simplement œuvre hygiénique et salutaire en rendant aux mariés factices une liberté qu'ils auraient reprise par lambeaux. 
Paul Géraldy ; La Guerre, Madame... (1916)

 Une femme se donne quand elle se donne, mais une jeune fille est toujours prise ! 
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

 Les caractères entiers ça ne transigent pas ! 
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.

 Les voyageurs qui ont connu les plus merveilleux coins du monde préfèrent toujours leur ciel natal. 
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

 Je sais bien qu'irritable, exigeant et morose, insatisfait, jaloux — malheureux pour un mot, je te cherche souvent des querelles sans cause... Si je t'aime si mal, c'est que je t'aime trop. Je te poursuis. Je te tourmente. Je te gronde... Tu serais plus heureuse, et mieux aimée aussi, si tu n'étais pour moi tout ce qui compte au monde. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 Reprends près de moi ton ennui. Moi près de toi je reprendrai ma solitude. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 Nos cœurs, quoiqu'ils aient bien changé, se reprendront peut-être au charme des vieux gestes. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 J'avais le sentiment de vivre une période exquise de ma vie... Cette chose si précieuse et si fine, l'amour d'une jeune fille comme toi, j'aurais voulu la prolonger, la goûter longuement, complètement, sans hâte, comme une chose infiniment rare que je ne retrouverais jamais. 
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

 C'est ta vie que je veux, de ta vie que j'ai soif ! 
Paul Géraldy ; La femme adultère (1929)

 Les femmes sont toutes les mêmes ! La vie est une laide chose ! 
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

 La vie n'est pas un jeu, c'est très sérieux, la vie. Il ne faut pas se laisser, aller sans réfléchir. 
Paul Géraldy ; La femme adultère (1929)

 Moi, je croyais qu'une honnête femme ne pouvait aimer qu'une seule fois, qu'un amour comme le mien, ça durait toute la vie, et ce n'est pas vrai ! Ce cœur, tout plein de mon mari, voilà qu'il se remet à battre pour un autre ! 
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

 Si tu m'aimais, et si je t'aimais, comme je t'aimerais ! 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 Quarante ans : la maturité ! plus de force, moins de santé ; plus d'allure, moins de beauté ; plus de hauteur, moins de fierté ; moins d'appétits, plus d'exigences ; moins d'élan, plus de volonté : moins de foi, plus d'autorité ; moins de cœur, plus d'humanité. 
Paul Géraldy ; Vous et moi (1960)

 On aime d'abord par hasard, par jeu, par curiosité, pour avoir dans un regard lu des possibilités. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 L'amour qu'on exige de l'autre, il faut le mériter. 
Paul Géraldy ; Aimer, le 5 décembre 1921.

 On devrait apprendre, quand on est heureux, à se quitter avant les luttes et les querelles. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 Quoiqu'on aime et souffre ensemble, tous les deux au fond, l'on ne se ressemble que bien peu. 
Paul Géraldy ; Toi et moi (1912)

 S'aimer, ne signifie pas vivre sans se disputer, ça implique beaucoup d'autres choses. 
Paul Géraldy ; Si je voulais, le 22 mai 1924.

 Les gens qui s'aiment ne devraient pas vivre ensemble ! 
Paul Géraldy ; Do, mi, sol, do, le 21 décembre 1934.




 
Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter. Mais s'il n'en a pas s'inquiéter ne sert à rien
http://www.meilleurduweb.com/index.php?id=273235        
http://ives.boosterforum.com 
 http://yvesengelen.boosterforum.com
avatar
Ives
Admin

Messages : 5446
Date d'inscription : 04/11/2014
Age : 68
Localisation : Liège

http://notreforum.xooit.be

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum